L’agriculture biodynamique au Bief

Comme mes proches le savent déjà, ici, au Bief, sur notre propriété de 2,5ha, nous utilisons certaines pratiques agricoles et permaculturelles, la Biodynamie est l’une d’entre-elles.

Cette fabuleuse impulsion me vient d’un ami et voisin, Frédéric Chaize, maraîcher en Biodynamie à Saint-Denis-de-Cabanne (dép.42, à 5km d’ici) que je n’hésite pas à nommer ici car il ne se cache pas d’une telle pratique. Au contraire, il aime partager, dispenser, semer!!!

Bouse de corne pour la biodynamie
La fameuse bouse de corne utilisée à raison de 100g par hectare.

Je reviendrai plus longuement sur la biodynamie, sur la manière dont je l’utilise ici depuis 2016, sur le matériel que j’utilise pour cela et sur tous ces petits détails. Sachez déjà simplement, qu’en une seule année de pratique, certains résultats sont déjà visibles!

Je voulais juste signaler aujourd’hui que, sur Radio Fourvière, était programmée une émission sur la biodynamie où étaient justement présents, entre autres, Frédéric et Pierre Masson (si, si, souvenez-vous, c’est chez lui que j’avais été suivre cette formation de taille d’été des arbres [taille en vert], j’avais déjà un pied en biodynamie 2013, je n’ai franchi le pas qu’en 2016) !

Voici un lien vers l’émission Equateur, je vous enjoins vivement à l’écouter, et surtout le (court) témoignage de Frédéric (à partir de 28min40s), il en vaut vraiment vraiment la peine pour mieux comprendre ce qui nous anime ici, au Bief comme ailleurs!

Voici un lien direct sur Radio Fourvière :

https://rcf.fr/vie-quotidienne/lagriculture-biodynamique-un-autre-rapport-au-sol-et-au-cosmos

La biodynamie propose aux agriculteurs un autre rapport à la terre et au cosmos. De plus en plus d’agriculteurs se tourne vers elle, mais elle est largement méconnue.

Avant le Bio, la biodynamie

L’agriculture biodynamique, portée en France par Le Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique est « la première des agricultures bio », comme l’explique Pierre Masson. Elle obéit à quelques principes:
– L’idée qu’un domaine se porte d’autant mieux qu’il est autonome, ce qui exige de développer un maximum de diversité dans le monde végétal, mais aussi animal ;
– La nécessité de régénérer les sols et d’aider les plantes dans leur comportement par l’intémédiaire de préparations à base de plantes médicinales, d’excréments, etc.
– Le respect des rythmes cosmiques.


Si ce dernier ne fonctionne plus, voici le fichier en MP3 :

http://www.lebief.fr/wp-content/gallery/agriculture_biodynamique_Bief/agriculture_biodynamique.mp3

Des nouvelles des pins parasols romains.

Oui, sans pour autant dater d’une quelconque glorieuse époque, il est vrai que ces pins parasols sont issus d’Italie, cela en fait donc de joyeux et sensibles Romains!

J’avais déjà écrit un article en 2012, année de leur semis, voici de leur nouvelle en ce mois d’avril 2015, date de la photo, pas celle de la rédaction de cet article, vous l’aurez compris! 🙂

Sur la vingtaine de graines semées, voici ci-dessus les quatre arbres qui en sont nés. 3 ans après, ils sont toujours là tous les quatre. Je ne les bichonne pas particulièrement, mais les ai mis sur un chemin de passage, et peux ainsi les veiller régulièrement. Je prends garde à ne pas laisser pousser trop de choses dans les pots, veille à ce que la terre ne reste pas sèche trop longtemps par temps chaud, les déplace ou les surveille par temps de grands vents.

 

Un petit clin d’œil aussi sur l’arrière de notre voiture. On dira ce qu’on en voudra, mais j’ai déjà pu rencontrer plusieurs personnes comme cela, et, de la même manière, il nous est déjà arrivé de laisser un mot sur le pare-brise d’une voiture avec des autocollants dont les messages nous correspondaient, pour prendre contact et, pourquoi pas, se lier à de nouvelles personnes ?

Et, bien au-delà de ça, il s’agit aussi de montrer qu’il existe des personnes qui ne sont pas d’accord avec les choix qui sont faits à leur place. Qui osent le dire et n’hésitent pas à le faire savoir, par ces autocollants, par certains choix de consommations, par quelques privations, par de plus nombreuses découvertes, par le partage d’autres possibles bien plus variés!

Pour que ces pins parasols puissent servir à nos enfants à tous, pour une ombre bienfaisante, pour jouir d’un repos libre de toute crainte d’une société bouleversée par un accident irréparable! 1

  1. Lisez ce court compte rendu de la situation actuelle en mars 2017 de la centrale nucléaire accidentée, c’est effrayant de voir notre incapacité humaine à gérer ce fléau mortel! Et de contempler les folles solutions techniques dérisoires pour endiguer les fuites en cours. Par exemple, saviez vous que TEPCO s’efforce de mettre en place depuis juin 2014 un mur de glace consistant à geler le sol autour des réacteurs 1 à4, sur une profondeur de 27 mètres et une longueur de 1,4 kilomètres ? Il a fallu installer 1 568 tuyaux dans lesquels circule une solution réfrigérante à –30°C!

    Du délire scientifique  pur, inefficace et intenable dans le temps!

    De plus, ce sont des travaux à maintenir pendant des dizaines d’années maintenant, et sûrement plus encore! Il est temps de cesser de donner notre argent à l’industrie nucléaire française, c’est notre seul et meilleur pouvoir!

Nom d’une trogne!

Tout en cheminant dans les petits travaux agricoles décrits précédemment, j’ai aperçu un tronc tombé sur la limite de la propriété.

Il a dû tomber dernièrement, on voit sur son côté droit comme il a cassé. Mais cet arbre n’était pas qu’un simple arbre (un Charme en l’occurrence), non, il s’agissait aussi bel et bien d’une belle trogne!

dsc09293

Mais, qu’est-ce que c’est que ce truc, une trogne ?

Oui, déjà parce que, d’habitude, on aurait envie de parler d’une trogne pour un visage, une gueule, un faciès…

On défini ainsi une trogne : « Visage rougeaud et rieur d’un gros mangeur ou buveur. » (ça fait envie! 🙂 )

D’ailleurs, après avoir regardé les belles galeries photos exposées sur le site du journal le plus lu dans les terriers 1, on peut comprendre aisément d’où vient l’usage de ce mot « trogne » pour désigner, entre autre, le visage d’un être vivant.

Mais surtout, impossible de parler des trognes sans citer ce beau livre que j’ai eu grand plaisir à lire : Les Trognes, l’arbre paysan aux mille usages.

Après avoir lu ce livre sur les trognes, adieux visages rougeauds, car alors ce mot trogne reprend une beauté qu’on lui avait ôté! 🙂

En effet, ces arbres, taillés périodiquement à la même hauteur, produisent durablement du bois (de chauffage, manches à outil, perches,…) du fourrage ou des fruits, et plus encore.

Si vous cherchez une idée cadeau, ce livre est parfait et utile!
(Pas pour moi, je l’ai déjà! 😉 )

Alors, je ne vous définirai pas moi-même ce qu’est une trogne, car la quatrième page de couverture le fait déjà très bien (le livre encore mieux!) :  » Tout le monde a vu un jour ou l’autre une trogne sans le savoir ! Toutefois, combien de personnes savent qu’il s’agit d’un arbre régulièrement taillé ? Les trognes, appelées aussi têtards, têteaux, tronches, émondes, émousses, rousses, cosses ou chapoules… sont les témoins d’une longue histoire entre l’homme et le végétal. Elles ont joué un rôle essentiel dans l’économie paysanne partout en Europe dès l’Antiquité, en fournissant en permanence du bois de chauffage, du fourrage, des outils… Mais, depuis les années 1950, la mécanisation de l’agriculture et la généralisation des énergies fossiles «bon marché» ont conduit à la destruction et à l’abandon des trognes. Aujourd’hui les préoccupations environnementales soulignent leur importance, comme source d’énergie renouvelable et comme espace de biodiversité exceptionnel. Ce livre est une invitation à découvrir la culture et l’intérêt écologique de ces arbres oubliés. Il nous donne des clés pour comprendre ce formidable patrimoine végétal et faire en sorte qu’il retrouve sa place dans le paysage. « 

dsc05769

Sur la photo ci-dessus, on voit d’autres sommets de nos trognes. Leur forme est caractéristique, le tronc surmonté d’une grosse boursouflure laissée par les dizaines de coupes qu’a subi l’arbre depuis sa plantation.

Nous avons ici, au Bief, environ 8 trognes de Charme (appelé aussi Charmille)2. Ils étaient utilisés comme source de bois de chauffage pour l’ensemble du lieu-dit Le Bief (qui comptait plusieurs cheminées). Je n’exploite pas moi-même ces trognes. C’est un travail énorme que de faire son bois soi-même. Je le sais pour déjà assumer la fin de la chaîne de production moi-même. Alors, partir de l’arbre, je n’en ai pas le temps. Dommage, j’ai pourtant ici une belle ressource. Il faudrait peut-être que je trouve une personne que cela intéresserait, et partager le fruit de son labeur.

dsc09291

Le livre ci-dessus explique très bien comment reprendre une trogne abandonnée et la remettre en « exploitation » sans la tuer. 🙂

Pour avoir déjà fait des coupes sur ces arbres (quand j’ai besoin d’un long tronc bien droit pour certaines installations au jardin ou ailleurs), j’ai déjà constaté l’énorme ressource en bois que représentent 8 trognes sur un si petit espace. En effet, c’est l’équivalent d’une petite forêt qui pousse ici sur un seul tronc !

dsc05766

Les trognes ajoutent aussi une ressource qu’on pourrait penser d’inattendue, de la terre! De la très bonne terre! En effet, il n’est pas rare que se forment, au milieu de toutes ces branches, de petits bassins de récupération d’eau de pluie. Zones plus humides où poussent végétaux, où croassent parfois des animaux, où viennent boire insectes et oiseaux, où tombent les végétaux (ceux qui ont poussé là, d’autres, amenés par le vent, les feuilles…). Toute cette vie et cette vitalité finit souvent par creuser l’arbre, ces matériaux glissent alors dans ce creux, se transforment en s’ajoutant au bois et terminent en un fabuleux compost récupérable pour nos jardins. Enfin, vu les doses, c’est une excellente terre à semis ou pour rempotage. 🙂

Risquant le tout pour le tout (c’est à dire presque rien dans ce cas précis ^_^ ), j’ai grimpé au sommet de la boule d’une trogne, la base des troncs/branches que l’on coupe. Cette fameuse zone où se stockent les matériaux décrits précédemment. Voici donc le dessus d’une trogne.

dsc05771

Et la terre qui s’y forme déjà.

dsc05773

Le temps passant, cette terre humide et les insectes vont creuser le bois, les trognes n’en meurent pas pour autant. Une fois que le trou se forme et que le tronc se creuse par endroits, la terre se forme aux étages inférieurs et finit par être plus facilement accessible. Voyez plutôt une photo de cette terre que l’on aperçoit dans le creux de la trogne ci-dessus. Issue de la décomposition du bois, des végétaux. Je m’en suis déjà servi plusieurs fois, mais il y a toujours de la nouvelle terre qui se forme.

dsc05767

Les trognes peuvent donc aussi fournir en terre de semis/rempotage!

Bon, en tout cas, le Charme tombé au sol (et ses nombreuses branches) aura aussi fini partiellement dans mon insert, reste encore ce beau tronc (mais rongé), qui restera dans le champ, servant ainsi à de nombreux animaux qui viendront s’y loger et se délecter des moult ressources apportées par un morceau de bois se dégradant.

Voyez, deux ans plus tard, en septembre 2016, à quoi ressemble la trogne tombée au début de cet article, en septembre 2014!
Oui, j’ai mis du temps à le rédiger! 🙂

dsc05775

En tout cas, vive les trognes et les ressources utiles et renouvelables!

Invalid Displayed Gallery

  1. Vous aurez reconnu le super journal La Hulotte (très belle idée cadeau!)
  2. Le Charme est souvent confondu avec le hêtre, pour les reconnaître, une bonne vieille astuce mnémotechnique puisqu’un petit dicton rappelle les différences : « Le charme d’Adam est d’être à poil » (traduisez : le charme a des dents, le hêtre des poils). J’adore… ^_^

Les Vergers Conservatoires et Fourragers du Bief sont enfin créés!

DSC09044

Oui, oui, en juillet 2014, même s’il reste des choses à faire, je peux déjà annoncer la création effective de ces Vergers Conservatoires et Fourragers du Bief!

Enfin, disons que tous les arbres sont plantés. 🙂

Car nous n’en sommes pas encore à la fin, non, non, en juillet 2014, il manquait encore :

  • du grillage sur toutes les clôtures autour de tous les arbres
  • l’abri à moutons
  • les moutons
  • les abeilles et leurs ruches
  • quelques clôtures
  • le poulailler et des poules
  • la haie mellifère
  • et d’autres petites choses encore…

Bien sûr, c’était en juillet 2014, aujourd’hui, la liste est bien plus courte! ^_^

Mais chaque chose en son temps.

C’est important de prendre le temps. On n’évite pas forcément les erreurs, on les limite, mais en tout cas, on profite de le prendre, car c’est déjà une belle chose de prise!

Au début, avant les premiers coups de pioches et de masses, le projet ressemblait, sur le papier, à cela :

Ce n’est qu’un des nombreux schémas imaginés, car organiser un grand territoire vide avec des postes dont on ne connaît pas grand-chose n’est pas aisé, c’est plus simple d’enchaîner les schémas sur du papier. Je n’ai jamais eu de moutons, ni planté beaucoup d’arbres, ni eu beaucoup de poules, ni eu un tel terrain à occuper, ni eu d’ailleurs à imaginer un jour l’éventualité d’un tel projet.

Esquisse du projet

13051300

Et puis, sur le papier, c’est une chose, mais une fois les pieds dans les bottes et face à un grand champ tout vide, c’en est une autre.

Et pourquoi tel arbre ici ?  Et comment cela sera-t-il exploitable ? Pourrais-je mettre une échelle ici ? Passer en brouette là ? Et le soleil alors ? Pourquoi n’y auraient-ils pas tous droit ? Et cet arbre, combien va-t-il faire de haut ? Jusqu’où ira son ombre dans 15 ans ? Et les fleurs, sont-elles blanches ou roses ? Où ces points de rose seront-ils jolis sur cette pastelle géante à venir ? Et les animaux, comment leur donner accès à l’eau en toute saison ? Par où vont-ils circuler ? Où mettre l’abri ? Les vents, le soleil, l’ombre et l’humidité seront des facteurs importants pour chaque abri à animaux, pour chaque arbre, chacun ayant sa propre vie et ses propres besoins. Le vent viendra de là, un arbre supportant quelques rigueurs s’y plaira donc mieux, mais qui pollinise-t-il le mieux ? Donc il faudra que celui-ci ne soit pas trop loin… Oui, les arbres ont aussi leurs préférences sentimentales et de pollens. Tant de facteurs et de variables, et un si grand espace vide… si vide alors… 🙂

Des centaines et des centaines de questions, dont les réponses s’entremêlent et nous emmêlent, nous freinent dans nos décisions, dans les choix… Alors j’ai lu, beaucoup lu. Et toutes ces connaissances ont moulé ce qui s’adaptait, non pas le mieux, je n’aurais pas cette prétention, avec nos envies, la topographie locale, nos goûts, le hasard et sûrement d’autres choses encore.

Après quelques plantations en hiver 2013, le projet à venir pour 2014 devait en fait ressembler à cela :

Projet_2013

Typiquement un plan fait au chaud dans un bureau. ^_^

Oui, je trouvais par exemple que de rapprocher tous les arbres des entrées des pâturages serait plus pratique pour l’entretien et les récoltes, sans devoir descendre jusqu’au fond du champs, oui, car il y a des pentes aussi…

Alors, une fois les pieds dans les bottes, et une fois face à tous les trous à faire pour ces plantations en hivers 2013, j’ai finalement opté pour une nouvelle disposition. j’ai éclaté tous ces fruitiers qui étaient trop proches les uns des autres. Cela m’est apparu évident sur le terrain. C’est un modèle plutôt extensif, certes, il y aura plus de chemin à parcourir, mais chaque arbre profitera aussi mieux du soleil, et le rendu global devrait aussi être beaucoup plus esthétique dans 5, 10, 20 ou 50 ans (et plus encore pour de nombreux arbres).

Voici donc le projet en 2014, tous les arbres ici représentés sont donc, en juillet 2014, aussi réellement plantés.

Projet_en_2014

Et pourtant, en 2015 et 2016, ce schéma va encore évoluer, mais oui! C’est fou ça? Comment est-ce possible?

Dire que nous verrons tout cela une autre fois!

Oui, on prendra le temps d’arriver jusque là. 😉 Comme je le disais précédemment, c’est bon de prendre le temps de prendre le temps.

Alors, en attendant, quelques photos de ces vergers, vus de l’étang, avec un peu de faune locale…

Invalid Displayed Gallery

Avancement du projet

Création du verger conservatoire
Une partie du projet commence à se dessiner ici…

Oui, mais lequel ? Parce que des projets, par ici, il n’en manque pas trop ! ^_^

Ce qu’il manque ici, en fait, à la campagne comme à la ville, c’est le temps ! Les journées ici, dans ce monde rural et silencieux (au Bief en tout cas 😉 ), sont indiscutablement rythmées autrement, mais les journées n’en font pas moins 24h, ni plus, ni moins. Encore heureux ! 😉

Voilà pourquoi, toujours remontant le temps à la vitesse décroissante de l’escargot, nous voilà aujourd’hui en septembre 2013.

La preuve ?

Continuer la lecture de « Avancement du projet »

La clôture des pâturages : le planter du piquet !

Fraises des bois

Pendant que notre coin à fraises des bois se peuple de futures petites âmes, le chantier des piquets de clôtures se poursuit.

Comme je le disais dans l’article précédent, ce déplacement de clôture a permis de récupérer une belle bande de terrain !

Vue de la future forêt
Au moins, tout ce travail n’aura pas été vain ! La ligne, au milieu, dans l’herbe représentant l’emplacement de l’ancienne clôture.

Une future bande forestière où différents projets et essais auront lieu, sans compter les autres, auxquels nous n’avons pas encore pensé. ;o)

L’idée, surtout, est de créer une bande de forêt au nord de notre terrain pour le protéger des vents froids. L’idée aussi est de créer un couloir forestier propice à la vie végétale et animale, au déplacement des animaux, à la vie tout simplement, quoi !
Parce que si je dois décrire tout ce qui se passe dans les bois, la liste promet d’être longue… ^_^

Citons tout de même, notamment, la culture de champignons, l’intégration de quelques fruitiers particuliers dans la future forêt/friche, la plantation de la haie mellifère, l’intégration de quelques vivaces comestibles, et d’autres choses sûrement…

Pour l’instant, de toute façon, question forêt, c’est plutôt limite, il faudra bien une douzaine d’années avant d’avoir des arbres de quelques mètres de haut. Alors, pour une vraie forêt, un vrai bois, il faudra attendre une prochaine tranche de vie ! :o)

Vont d’abord certainement revenir, malgré les plantations que je compte faire, orties, chardons, ronces et épineux, buissons, touffes étranges et branches colorées.

Ici va venir s’installer une vie végétale variée et riche, et pas forcément toujours agréable, la phase avant la forêt n’étant pas la plus propice aux ballades romantiques ou aux piques-niques enchanteurs. Quoique, j’ai de bons souvenirs dans quelques friches… (^.^)

Enfin, bref, en fait, je n’en sais trop rien ! Je le découvrirai avec vous, car tout va beaucoup dépendre des sols. Le chardon, par exemple, s’installe plutôt où il joue un rôle (ou disons que la graine trouve alors les conditions adéquates pour germer ;o) ), comme d’aller chercher des choses très profondément, même en sol dur ou rocheux, pour les ramener en surface. S’il pousse là, c’est donc que le sol en a besoin, les insectes aussi, car le chardon leur est très profitable. Mais ça pique. Alors, espérons que le sol n’en aura pas trop besoin par ici. ^_^

Une vue presque intégrale du Bief, la future bande forestière, les deux pâturages agroforestiers, l'étang, les stabulations, la maison qui se cache derrière. Ne manque que le 1er verger conservatoire, derrière la ligne d'arbres, à gauche des stabulations.
Une vue presque intégrale du Bief, la future bande forestière, les deux pâturages agroforestiers, l’étang, les stabulations, la maison qui se cache derrière. Ne manque que le 1er verger conservatoire, derrière la ligne d’arbres, à gauche des stabulations.

Pour l’instant, déjà, il s’agit de terminer le chantier piquets. Ou du moins, de le poursuivre, car, à vrai dire, il ne se terminerait qu’en avril/mai/juin? 2014… ^_^

Invalid Displayed Gallery

Retour vers le passé…

Chêne et pin.
Une simple histoire de proportions… Ou la grandeur d’une perspective. Ou encore une simple question de point de vue.

Comment relater ce début des travaux ?

Des travaux réalisés il y a un an maintenant. Dont certains sont toujours en cours. C’est dire qu’il est temps de commencer à éclaircir tout cela ! ^_^

Alors, il était une fois, il y a presque un an, un 25 avril 2013…

Continuer la lecture de « Retour vers le passé… »

Création et préservation de deux vergers conservatoires au Bief

DSC05146
Un pommier bientôt clôturé…

Extrait d’un dossier que j’ai envoyé récemment qui explique le pourquoi du comment, le comment tout court et d’autres détails divers du même ordre…

En plus clair :

« […]

  • Créer un nouveau verger conservatoire.
  • Préserver le nouveau et l’ancien verger (créé en Automne 2008) par la création d’une haie mellifère les protégeant tous deux des vents du nord.
  • D’installer plusieurs pieds de vigne anciens le long d’un mur d’une stabulation du XVIIe, exposé plein sud.

[…] »

Ça devrait donc ressembler à ceci.

Design permaculturel du Bief, en théorie en tout cas, la pratique est en cours... ^_^

Notez les changements par rapport au croquis précédent.

Entre temps, j’ai eu quelques lectures… dont bien entendu cet ouvrage qui m’a beaucoup servi pour concevoir le design permaculturel (théorique), de notre site : Introduction à la permaculture de Bill Mollison, en vente sur des sites que vous connaissez bien, mais aussi sur http://www.passerelleco.info/article.php?id_article=1708 !

« […]

En effet, nous avons décidé, pour l’entretien de nos terrains et pâturages, d’implanter sur nos terres un projet agroforestier, associant des arbres fruitiers, des arbres fourragers (mûriers, féviers), des moutons, des poules, canards et la faune des forêts et pâturages. Des ruchers sont aussi prévus, mais nous ne les avons pas intégrés dans le présent projet, préférant déjà correctement installer tout le reste.

Ainsi, le verger conservatoire, […], se voit aujourd’hui agrandi, et protégé par une bande forestière au nord. Deux grands pâturages pour des moutons Mérinos (qui seront accueilli en 2013) ont été clôturés. Dans chacune de ces pâtures ont été implantés des arbres dont les feuilles, sur les branches issues de la taille, serviront de fourrage, frais ou séché, pour les moutons.

Les mûriers sont pour cela de très bons arbres fourragers. Ils se taillent très bien en têtard. Les fagots créés peuvent être donnés de suite, ou plus tard en hiver, aux moutons qui vont manger les feuilles directement dans le fagot déposé dans leur mangeoire. Une fois le fagot « nettoyé » de tous les côtés, on peut le stocker pour s’en servir pour le chauffage ou autre usage plus tard. Les feuilles de mûriers sont très riches et appropriées pour le fourrage. Les variétés choisies sont toutes des variétés ayant des feuilles lisses, et non pas « velues » comme certains mûriers noirs produisent, et qui sont moins appréciés des animaux.

Ce fourrage est complété par les cosses et fèves, très riches en sucres, des féviers à trois épines. Chaque arbre adulte peut en produire plusieurs dizaines de kilos par saison.

Les mûres et les fèves nourriront aussi directement les poules et les moutons en tombant au sol. Tout comme les fruits des arbres fruitiers du deuxième verger conservatoire du présent dossier.

Situés en plein pâturage, et protégés des moutons en étant chacun clôturés, les arbres fruitiers profiteront ainsi :

  • Des apports multiples des poules (déparasitage, apport du fumier…)
  • D’une protection des vents du nord/nord-ouest par une bande forestière d’une quinzaine de mètres de large environ.
  • D’une bonne exposition sur une pente exposée sud-ouest, surchauffé par la bande forestière coupe-vent au nord.
  • De l’entretien et de l’enrichissement de la terre par les moutons.

Créée sur toute la largeur nord de notre propriété, la bande forestière protégera ainsi des vents froids les vergers, les bâtiments (dont notre habitation), une partie de l’étang et tous les êtres vivants au sud de cette protection.

La largeur sud de cette bande forestière a été clôturée en suivant des courbes, créant ainsi plus de longueur linéaire de lisière. Une longue haie mellifère constituera cette lisière sud !

De par sa situation privilégiée, coincée entre les bois et les pâturages, la lisière est un univers un peu à part, très riche, propice à de nombreux échanges entre les faunes et les végétaux des deux milieux différents qu’elle joint, plutôt qu’elle ne sépare.

Composée d’essences mellifères, la lisière permettra des échanges encore plus riches, plus utiles. Sans compter l’indéniable esthétique de cette longue lisière, visible depuis le chemin d’accès au lieu-dit du Bief.

[…]

Cette haie mellifère, d’une longueur d’environ 160m (un peu moins de 110m sans les courbes), ainsi que les nombreux arbres fruitiers présents sur le site joueront un rôle très important pour l’intégration future des ruches.

Il reste encore de la place pour implanter de nombreux autres arbres, ou petits fruits, dans le futur. Les projets peuvent être encore nombreux, le potentiel reste présent, mais le temps est manquant et très volatile !

Vous remerciant de l’intérêt porté à ce dossier, je vous prie d’agréer mes sincères salutations.

 »

 

Voilà, les remerciements valent aussi pour vous du coup ! ;o)

Voilà donc le projet tel qu’il a été présenté, et tel qu’il devrait donc être !

D’ailleurs, une certaine partie de ce qui est décrit ci-dessus est déjà en place !

Un article à venir devrait faire le point sur ce point… c’est dire ! 😉

A droite, la future bande forestière, devant, les deux futurs pâturages, à gauche, le premier verger, que l'on ne voit pas sur la photo... :)
A droite, la future bande forestière, devant, les deux futurs pâturages, à gauche, le premier verger, que l’on ne voit pas sur la photo… 🙂

Et voici la liste des arbres numérotés sur le schéma (ça va en faire des mots clé sur cet article… ;o) :

Arbres déjà plantés

  1. Sapin Commun – Abies alba
  2. Cerisier Précoce de la marche
  3. Châtaignier Lisfranc
  4. Framboisiers : Sucrée de Metz
  5. Mirabellier : Mirabelles de Metz
  6. Myrtillier Rancocas
  7. Erable Rouge / Acer Rubrum
  8. Framboisiers : September
  9. Groseilliers épineux Poorman
  10. Cassissier : Noir de Bourgogne
  11. Cassissier : Andega
  12. Prunier : Madame Bonnard
  13. Prunier : Mirabelle de Flotow
  14. Pommier : Calville rouge d’hiver
  15. Pommier : Reinette Clochard
  16. Pêchers de Madame Allouin (une voisine)
  17. Poirier Sucré Vert
  18. Cassissiers Tsema
  19. Framboisiers remontant Montrésor
  20. Mûres sans épines Thornfree
  21. Groseilliers divers : Versaillaise blanche / Versaillaise rouge / Gloire des sablons
  22. Tanaisie
  23. Noyer à Cerneaux Rouges
  24. Mûres sans épines Dirksen
  25. Groseilliers Montrouge
  26. Saules divers
  27. Laurier sauce (Lorus Nobilis)
  28. Noyer local (St Bonnet de Craye)
  29. Févier à trois épines / Gleditsia triacanthos inermis
  30. Pin pris dans la cour du Bief
  31. Frêne
  32. Chêne
  33. Erable Champêtre
  34. Tilleul
  35. Pommier : Juliet©
  36. Erable à sucre / Acer Saccharum
  37. Robinier Faux-Acacia
  38. Aulne Glutineux / Alnus Glutinosa
  39. Mûrier Alba L Pakistan
  40. Mûrier Alba L Aureifolia
  41. Mûrier Alba L Badena Tut
  42. Mûrier Nigra Wellington Mulberry
  43. Mûrier Nigra Black English
  44. Mûrier Alba Moretti
  45. Mûrier Alba Herati
  46. Châtaignier Bouche-Rouge Castanea Sativa
  47. Amandier Lauranne
  48. Arbousier
  49. Figuier

Arbres du présent projet

  1. Pommier Fraise
  2. Pommier Reinette Grise
  3. Pommier Nationale
  4. Pommier Alfred Jolibois
  5. Cerisier Griotte Commune
  6. Cerisier HedelFinger Riesen
  7. Cerisier Royale
  8. Cerisier Early Rivers
  9. Cerisier Bigarreau Noir d’Ecully
  10. Cerisier Guigne Noire Luisante
  11. Cerisier Bigarreau Marmotte
  12. Noyer Franquette
  13. Noyer Meylanaise
  14. Abricotier de Nancy
  15. Prunier d’Agen
  16. Sorbier des Oiseleurs
  17. Noisetier Franc
  18. Pommier Golden Delicious
  19. Pommier Granny Smith
  20. Pommier Reinette Baumann
  21. Pommier Transparente de Croncels
  22. Pommier Reinette de Mâcon
  23. Pommier London Pippin
  24. Pommier Belle-Fleur
  25. Pommier Reine des reinettes
  26. Amandier Sultane
  27. Amandier Princesse

Un petit semis de permaculture au Bief…

13051300
Un croquis, comme il y en a eu beaucoup d’autres… Celui-ci commençait à se rapprocher de la réalité, de ce qui sera.

Et parce qu’avant tout, ou presque, il y a des idées, des temps d’observation, des tas d’observations, des croquis, des rencontres, des discussions, des lectures et tant d’autres choses encore !

Et puis, il y a aussi de longues longues longues réflexions… ^_^

Ah ben oui... c'est un grand jardin, il fallait donc une grande photo...
Ah ben oui… c’est un grand jardin, il fallait donc une grande photo…

Que de temps !

Ô oui ! Ô combien d’heures ! Ô combien de neurones ai-je brûlé sur l’autel de ces flottantes et vaporeuses pensées !

Combien de fois ai-je contemplé ces magnifiques terrains qui nous environnent ? Pensif, appuyé sur la réalité du terrain, je cherche à comprendre d’où viennent les choses.

Pourquoi par là ? Et pourquoi pas par ici ?

Pourquoi ici l’herbe est plus verte ? Pourquoi ici pousse cette herbe ? Pourquoi ici ne pousse-t-elle pas ? Et si les choses étaient ainsi ? Ou plutôt comme ça ? Et dans 10 ans ? Et dans trente ans ? Et dans 60 ?

A la recherche de réponses aussi futiles que naturelles, je tente de comprendre le terrain, de voir ce qu’il peut m’apporter ici, ce qu’il m’offre là-bas, ce que je peux lui donner ici-bas. Bref, je fais un truc qui doit finalement me plaire, je remue les choses sans cesser de les tourner et retourner, et dans ce joyeux fatras de questions/réponse, je finis par trouver un cheminement simple, mais qui m’aura pris mille détours. Oui, j’ai un sens de l’orientation un peu particulier.

Bien sûr, je ne m’attendais pas à trouver de telles réponses en une fois. Il m’a fallu pour cela mûrir et voir grandir et mourir plusieurs générations de vents pour apercevoir et comprendre la surface émergée de l’iceberg, pour en saisir les nuances en profondeur.

En plus d’apporter de beaux et intenses moments de pause dans les longs travaux d’extérieur qu’il y a toujours à faire, ces moments de méditations contemplatives sont aussi le temps qu’il faut pour mieux concevoir ce qui sera. Oui, c’est une bien belle phrase pour avoir glandouillé les pieds dans la terre en regardant voleter les insectes en mâchouillant une feuille d’oseille. Mais l’idée est là. ;o)

En plus, cela m’a aussi laissé le temps d’en discuter avec toute la famille, de voir ce que nous attendions de tout cela, ou du moins d’une partie de tout cela, d’en voir les contraintes, les limites, les potentiels, les absurdités, les réalités, les financements (eh oui… toujours lui…) et tout un tas d’autres choses encore.

Car oui ! Madame, monsieur ! Cette brève, mais toujours un peu confuse introduction est ainsi le démarrage de ce qui se trame ici depuis l’hiver dernier, des 5 années qui l’auront précédé, et des temps à venir !

Rien à voir avec les travaux de façade ou d’intérieurs, comme ces trous ci-dessous, dont je parlerai sûrement, ou peut-être, une autre fois. ;o)

DSC05350
Mmmmm…. que de souvenirs….. :o)

DSC05408

Non, là, il s’agit d’autre chose, de quelque chose de plus gros encore !

Pas seulement par sa taille, mais parce que, quelque part, il nous concerne un peu tous, et ceux qui suivront surtout, et puis nous aussi quand même… ;o)

L’idée (oui, oui, ça va, j’y viens quand je veux d’abord !) est de réoccuper environs 1 hectare de terrain, auparavant occupé par des charolaises du crû (mais que certains préfèrent souvent cuites), par un habile et naturel assemblage de diverses choses que je vais vous résumer en quelques mots extraits d’un texte que j’avais rédigé par ailleurs… Autant éviter les retapes ! ^_^

Pour vous cela ne change rien, mais pour moi, cela me laisse plus de temps pour emplir de lignes inutiles ce déjà trop long texte. ;o)

Pour compenser, une photo du Bief, quelque-part dans le Charolais-Brionnais… où se déroule donc la mise en place du projet ci-après…

DSC04840
Oui ! Là ! juste au bout de cette flèche rouge ! Ici se trame la mise en place d’un projet d’occupation des sols relativement commun, enfin, il n’y a pourtant pas si longtemps que cela puisque beaucoup d’anciens s’en souviennent encore par ici, et par chez vous aussi sûrement. Ou pas trop loin, selon là où vous vous trouvez présentement.

.

DSC04429
De la tour, on voit partir un mur, une rangée d’arbres le longe. Ce mur indique la direction du nord. Pour situer, quoi… :o)

Ah mais ! en fait, il est déjà tard là… Alors, comme ça fait longtemps que vous attendez d’avoir des nouvelles, je vais poster cet article de suite, comme ça, ça sera fait.

Et la suite sera pour le prochain épisode : Création et préservation de deux vergers conservatoires au lieu-dit Le Bief !

Rassurez-vous, le scénario du prochain épisode est déjà écrit … ou presque !

Mais là, il est tard, et vous avez déjà beaucoup lu, il faut retourner bosser maintenant !

Enfin, moi en tout cas… ;o)

Et, comme pour beaucoup de choses virtuelles et cybertechniques, après la lecture de ce long article, vous n’en savez toujours pas plus, même si vous avez passé un agréable moment !  ;o)

Bientôt à l’ombre ! Enfin, un jour en tout cas…

Il y a peu, j’ai appris une chose. Une petite chose toute simple.

Quand je l’ai apprise, je me suis senti un peu bête, parce qu’en y réfléchissant mieux, cela semblait pourtant évident.

Non, les pommes de pin ne sont pas les graines des sapins. Ce sont les fruits qui abritent les graines de ces sapins !

Aaaaah, ben oui. J’avions plévenu ! C’était un peu bête, mais je crois bien, jusqu’à ce que je constate le contraire, que j’avais toujours pensé inconsciemment que la pomme de pin était en quelque sorte la graine des conifères.

Je dis je crois parce qu’en fait, je crois que je ne m’étais jamais trop posé la question avant ! (^.^)

– Mais avant quoi, Antoine ?
– Ben, avant que j’en plante moi-même pardi !

Oui, je sais, je me parle un peu tout seul parfois…. ^_^

Donc, cet été, j’ai eu l’occasion d’aller ramasser quelques pommes de pins de pins parasol, avec l’idée d’en planter ici, au Bief. Aaaaah! Les pins parasols ! Qu’est-ce que c’est beau ! Qu’est ce que c’est haut aussi !

Nous avons donc ramassé quelques pommes de pins, et quelques kilomètres plus tard (il faut dire qu’on a été les chercher près de Rome tout de même… Aha, bé voui, faut ce qui faut !), en me demandant comment j’allais planter tout ça, je me suis aperçu de la présence des graines. J’avais tout ce temps entassé un petit sac de pommes de pins sur tous ces kilomètres, pour m’apercevoir à la maison que ce que je cherchais, en fait, se situait à l’intérieur des « pétales » de la pomme de pin, posé délicatement dans le réceptacle prévu à cet effet !

Bon, passons sur cette quarantaine d’années d’errances et de croyances étranges sur la reproduction des conifères, et j’ai récupéré en tout cas une bonne vingtaine de graines. Ce qui est peu, au regard du sac ramené jusqu’ici. Car nous n’avions pas choisi les pommes en fonction du nombre de graines qu’elles avaient et de leur apparence/état, mais seulement pour leur apparence/état! Capice ? :o) Nous avons donc même eu de la chance d’avoir pu en récupérer autant tout court.

Je les ai semé dans une jardinière avec un volume de sable, 1 volume de terreau de rempotage standard et 1/2 volume de compost. Mélange composé tout à fait au hasard (je me suis souvenu que je faisais à peu près pareil pour mes cactus quand j’étais plus jeune (sans le compost ;o) ) et j’ai juste transposé, soleil et type de sol parfois assez similaire, d’ailleurs, il n’est pas rare de croiser des cactées là où se trouve le pin parasol). Et j’ai laissé le tout dehors, mi-ombre mi-soleil, en arrosant quand c’était trop sec, avec de l’eau de pluie de récup.

Bref, j’ai eu de la chance, 4 graines ont survécu à ce joyeux traitement, espérons que les pins parasols n’en seront que plus résistant.

Pour l’instant en tout cas, ils poussent, ils sont tout mimis, avant de devenir beau puis magnifiques ! ;o)

Je les rentrerai très prochainement, pour les ressortir aux beaux jours. La mise en terre se fera plus tard, on verra déjà qui est encore là au printemps 2013.

On a prévu une serre pour les cultures, peut-être les pins iront y passer quelque temps, on se renseignera d’ici là.

J’ai trouvé un petit article sur un petit site sympa : Une « pomme de pin », c’est vraiment une pomme ? où on apprend aussi Pourquoi les coquelicots poussent souvent au bord de la route? ou Pourquoi les orties piquent? et plein de petites choses intéressante…